Le deuil périnatal

Publié par Angediles

"Le deuil périnatal est ce que vivent les parents dont le bébé décède en cours de grossesse ou dans l'année suivant sa naissance. Un deuil méconnu, tabou et très difficile à vivre."

"La peine ne se mesure pas au nombre de semaines ou au vécu d'un bébé, mais à la grandeur du rêve que portaient en eux ses parents"

Qu'est ce que le deuil périnatal ? (article de Paradis Blanc.com)

Il n’existe rien de plus dévastateur dans la vie d’un parent que la mort de son enfant. Quel que soit l’âge de votre enfant, quelle que soit la cause de sa mort, cela semble injuste, même irréel. C’est un bouleversement violent du cycle naturel de la vie. En effet, les parents ne devraient jamais voir leur enfant disparaitre avant eux. Aucun être humain n’est supposé mourir durant son enfance. Tous les parents souhaitent voir leurs enfants grandir et devenir des adultes épanouis. C’est l’ordre naturel des choses. Pour une mère, pour un père, perdre un enfant, c’est perdre une part de soi.

Dans le cas de la perte d’un enfant, le deuil est différent. Il est généralement plus long et plus intense.

Traverser le deuil de son enfant est une épreuve inacceptable. Comment continuer à vivre, à avancer, à aimer quand on traverse une expérience si difficile ?

Traverser le deuil d’un enfant

Les spécialistes du deuil identifient des caractéristiques communes chez les parents qui vivent la perte de leur enfant : le sentiment que la souffrance sera présente à jamais, une totale désorientation dans la vie quotidienne et une conviction profonde qu’il est nécessaire de préserver cet état de deuil afin de ne pas oublier l’enfant disparu.

Les manifestations sont très similaires à celles des autres formes de deuil, mais elles sont généralement d’une intensité plus forte. Elles sont physiques, émotionnelles et sociales. Beaucoup de parents ont des difficultés à dormir, à manger, ce qui peut les conduire à l’épuisement. Ils se sentent dépassés, déprimés ; beaucoup se sentent démunis, abandonnés face à ce drame qui les touche. Le choc est tellement grand, et la douleur tellement intense, qu’ils ne savent pas comment réagir. Ce sont des sentiments normaux, qui font partie intégrante du processus de deuil.

Bien qu’il y ait des manifestations communes, les parents en deuil expriment leur chagrin de manière unique. Il n’y a pas de règles générales, pas de calendriers. Nous sommes tous uniques et notre rapport à la mort diffère en conséquence.

Pour une mère et un père, faire son travail de deuil est une longue épreuve. Les étapes qui la composent doivent permettre d’exprimer les sentiments face à la mort de son enfant, pour un jour arriver à apprendre à vivre sans lui, tout en y pensant et en l’intégrant autrement dans la vie de famille.

Même s’il n’y a aucune recette miracle, voici quelques conseils qui pourront peut-être vous aider dans votre travail de deuil :

• Assumez votre chagrin. Vous ne devez pas l’ignorer ou le sous-estimer, et encore moins face à vos proches.
• Autorisez-vous à être en colère, vulnérable et désorienté. Quoi de plus normal face à une si terrible épreuve ?

• N’hésitez pas à parler de votre enfant disparu, de vos souvenirs, de vos regrets à vos proches. Pour avancer, il est nécessaire d’intégrer son enfant dans sa vie, même s’il n’est plus directement là.

• Exprimer vos sentiments à travers un journal, un blog, ou à travers des activités créatives telles que la musique.

• N’ayez pas honte de vous reposer sur ceux qui vous aiment et vous soutiennent.

• N’écartez pas la possibilité de vous faire aider par des personnes extérieures. Il existe de nombreux thérapeutes, associations, groupes de paroles qui peuvent vous aider dans votre deuil.

• N’oubliez pas que vous étiez une bonne mère, un bon père pour votre enfant, et que vous n’êtes pas responsables de sa disparition. De plus, si vous avez d’autres enfants, vous ne souhaitez certainement pas accroître leur mal-être inévitable.

• Accordez-vous le droit de continuer à vivre et d’éprouver à nouveau du plaisir dans votre vie. L’amour de votre enfant transcende sa mort. Vous n’avez pas à vous punir. Ce n’est pas ce que votre enfant aurait voulu.

Paradis Blanc

Les différences entre la mère et le père

Le deuil de chacun est intimement lié à la relation unique et différente que l’on entretenait avec son enfant. Entre un papa et une maman, on constate habituellement les différences suivantes : la femme a plus de facilité à exprimer sa tristesse, alors que l’homme a plus de facilité à exprimer sa colère. La femme se permet plus d’extérioriser ses émotions, d’aller chercher de l’aide ou de se confier à ses amies. Les hommes ont davantage de difficultés à vivre leurs émotions et à solliciter de l’aide dans leur entourage. Bien sûr, cela peut parfois être moins caricatural.

Aides et ressources

Pour aller plus loin, nous vous recommandons la lecture des articles « Vivre le deuil » du blog, et en particulier les articles suivants :
- Ressources et aides pour traverser un deuil
- 7 idées reçues sur le deuil
- La 1ère étape du deuil : le choc et le déni
- La 2ème étape du deuil : la colère
- La 3ème étape du deuil : le marchandage
- La 4ème étape du deuil : la dépression
- La 5ème étape du deuil : l’acceptation et la reconstruction

Merci à mes copinautes des "Petits Anges au Paradis" et de "Césarine" d'avoir su écouter, de m'avoir épaulée, soutenue et consolée aussi bien dans mes instants d'espoirs que les pires moments de désepoirs...