La nature donne, mon corps rejette...

Publié le par Angediles

Mes chères copinautes, j’ai longtemps hésité à revenir sur la blogosphère.

Le trop plein de tristesse, de larmes, de manque de confiance en moi (et en mon corps) m’avaient obligés à faire une pause suite à mon dernier échec de FIV#3. Cette pause m’a été nécessaire pour me reconstruire, me retrouver avec mon mari, retrouver la confiance, la joie et la simplicité d’avoir tous ces petits bonheurs quotidiens que je ne voyais plus.

J’ai donc décidé de bien souffler, et surtout de me remettre en forme, de lâcher prise par rapport à la PMA et tous ces traitements de protocole. Ce n’est pas pour autant que j’ai arrêté mon toco 500, la pentoxifilline et la DHEA et d’envisager une opération des amygdales en avril puis la FIV 4 en juin.

Mais ce « programme » a pris une tout autre tournure. Professionnellement, j’en ai eu tellement marre que fin mars j’ai décidé de bénéficier des offres de mobilité interne pour pouvoir changer de service. J’ai donc refait mon CV, passé des entretiens avec la RH de mon entreprise, puis postulé sur 2 postes qui m’intéressaient beaucoup.

En parallèle, je suis allée voir mon ORL pour envisager une opération des amygdales car la biologiste de la clinique PMA où je suis suivie m’avais dit que « peut-être » les amygdales pouvaient être la cause de mes fausses couches à répétition (trop d’anticorps ?). Diagnostiqué, bien entendu, par rapport à tous mes examens médicaux depuis ces 5 dernières années.

L’opération avait été programmée le 15 avril. Un peu stressée, mais étant en pause PMA, je ne me posais pas de questions, cela ne pouvait être que bénéfique : plus d’angines à répétition, et une « potentielle » cause de FC évincée.

Cette opération a dû être annulée.

Je suis tombée enceinte. Naturellement. J’ai fait un test le 10 avril, après 10 jours de retard de règles. Je n’ai eu AUCUN symptôme de grossesse. Logiquement je suis assez régulière dans mes cycles et vu que la DDR était le 03/03 j’aurai du avoir mes règles vers le 1er avril. A chaque fois je me disais que cela allait arriver car mes maux de ventre pré-menstruel se sont fait sentir vers le 03/04, puis la grosse migraine qui arrive chez moi quelques jours avant les règles. Puis plus rien…

Le jour où j’ai fait mon test de grossesse, je n’y croyais pas. Déjà parce que je ne sentais rien (pas de seins douloureux, ni lourds, ni sensibles, pas de douleurs pelviennes, pas de fatigue, pas d’envie de faire pipi toutes les 4 secondes…) et parce que je ne pensais absolument pas que mon endomètre pourri puisse accueillir un embryon.

Alors ce sentiment d’angoisse m’a envailli tout de suite : et si je faisais une grossesse extra-utérine ? un œuf clair ?

Vite une prise de sang. L’angoisse de l’attente du résultat. Puis la joie du résultat : j’étais à 3200 ui ! Un bon taux pour 6 SA. Appel à mon gynéco. Prise en RDV pour le 16/04. Re-angoisse, la grossesse est-elle bien placée ?

Oui, elle l’est. L’œuf est là, un embryon est visible avec la vésicule vitelline et un mini point commence à battre, c’est le cœur. Quel soulagement ! Mais nous savons que ce n’est que le début.

Je ne sens toujours rien. Un RDV est reprogrammé 2 semaines après. Toujours l’angoisse, mais soulagement ensuite : l’embryon a grossi ! On voit bien le cœur battre ! Mon mari et moi avons les yeux rivés sur l’écran. On pourrait même y rester des heures à regarder ce petit cœur clignotant.

Cette fois un RDV est reprogrammé 2 semaines après pour une échographie de datation à 10SA. Le 6 mai. L’embryon fait 20mm. Mais cette fois le cœur n’y est plus. Ce petit cœur s’est arrêté. Encore une fois mon corps n’a pas su accepter cette grossesse. La tristesse est d’autant plus grande. C’est ma 8ème grossesse, ma 5ème GNE (enfin je crois car je ne les compte plus). Je suis si désespérée… Ce même jour, j’apprends que je suis prise sur l’un des postes sur lesquels j’avais postulé. Une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle le même jour. J’aurai préféré l’inverse, même si je suis très contente d’apprendre mon changement de poste.

Et pourquoi la grossesse s’arrête? Mon endomètre, toujours lui. Trop fin il provoque un défaut de placentation (le placenta a du mal à se mettre en place). Toujours entre les 6sa et 9sa.

Et la suite ? on attend l’expulsion « naturelle » (si celle-ci arrive), sachant que chez moi c’est pas gagné. RDV 1 semaine après pour voir l’évolution. Une semaine difficile : beaucoup de mauvais symptômes comme maux de ventre, de dos, des migraines, des changements d’humeur… la fausse couche qui commence avec la baisse des hormones. Une expulsion incomplète, quelques pertes de débris placentaires puis plus rien.

Chez le gynéco, écho pour vérifier : l’œuf est toujours là, l’embryon aussi. Le gynéco nous propose d’en finir. Il sait que cela ne partira pas naturellement, il me connait. Il nous propose un curetage « spécial » rien que pour moi, pour éviter d’avoir encore à faire un geste dit à « l’aveugle » sur un utérus aussi abîmé que le mien. Ce serait un curetage à 4 mains sous contrôle échographique, avec un autre de ces collègues spécialiste en hystéroscopie.

L’intervention est prévue pour le 13 mai, avec ces 2 médecins. Et si ils constatent que le curetage n’est pas approprié, ils pourront décider de pratiquer l’hystéroscopie pour enlever avec précaution ce petit embryon sans vie.

Constatant par ailleurs que les interventions provoquent chez moi le retour des synéchies, mon médecin me propose de porter un stérilet, le temps de la cicatrisation et pour éviter que les parois utérines se collent. Si c’est pour éviter une nouvelle hystéro pour la levée de synéchies, j’accepte.

Ce 13 mai, je sors de la clinique, le ventre vide de la vie que je portais il y avait encore quelques semaines, remplacée par un stérilet.

C’est fini.

D’après l’autre médecin qui était présent à mon curetage, mon endomètre serait la cause de ce défaut de placentation. Et ce même défaut serait aussi la cause de mon hellp syndrome d’il y a 5 ans et de toutes mes autres grossesses non évolutives. Le seul traitement que je pourrai essayer de nouveau, c’est de prendre le toco, la pento, et le provames par voie vaginale sur une période de 4 à 6 mois et voir si mon endomètre s’épaissit. S’il ne s’épaissit pas mon utérus ne pourra jamais porter d’enfant. A la question, est-ce que je pourrai avoir un jour une grossesse à terme ?, mon gyéco nous répond que mon corps est comme ça, je suis faite comme ça, tout est possible avec moi, sinon il faut envisager l’adoption.

Grosse déprime. Je passe les jours suivants à pleurer. Je n’arrive pas à surmonter la grosse fatigue que je ressens.

Le 18 mai, la fatigue est tellement intense que je me pose des questions. Je ne suis pas bien. Mal de ventre, baisse des hormones, maux de têtes énormes. Le lendemain, impossible de sortir du lit. Et j’ai mal, très mal. J’appelle mon gynéco en urgence. Je lui demande un RDV express dans l’après-midi même. Je m’intercale entre 2 RDV. Mon corps rejette le stérilet, et me provoque des contractions. Mon gynéco sait que je ne chipote pas, il décide de me l’enlever. C’est la délivrance. J’en pleure de soulagement.

Après ce mois de mai pourri, je reprends le boulot physiquement et moralement épuisée. Heureusement, mon changement de poste me donne un peu de motivation.

Publié dans fausses couches

Commenter cet article

C
Coucou<br /> Je viens prendre des nouvelles. ..<br /> Comment vas tu ?<br /> As tu pris du recul ? Repris des forces ? <br /> Je pense bien a toi........<br /> Bises et tendresses
Répondre
M
Tes mots qui me font pleurer "Le trop plein de tristesse, de larmes, de manque de confiance en moi" Je ressens exactement la même chose, les autres avancent, nous qui sont dans cette situation sont sur le même point de départ. Parfois je me pose la question qu'est ce que j'ai fait de mal pour mériter ça. 9 ans de mariage, 8 ans j'essaye d'avoir un enfant, j'ai commencé mes FIV en 2009, 4 FIV en France négatif, 5ème FIV avec don d'ovocyte en Espagne janvier 2015, transfert de 2 embryons, résultat négatif, TEC de 3 embryons en juin 2015, résultat négatif, ça ne prends jamais, pour les deux premiers FIV et les TEC, le taux a été toujours à 0 et pour les trois derniers FIV, le taux n'a jamais dépassé 28. C'est épuisant physiquement et psychologiquement, c'est le désespoir, le plus dur dans tout ça, tu ne sais même pas si un jour tu auras le bonheur de mettra au monde un enfant. Je suis si triste, la tristesse intérieur, la solitude intérieure. Je tombe, mais je relève, heureusement que mon mari est présent pour me consoler, ma sœur est ma confidente, et je suis très occupée sur le plan professionnel cela m'aide à ne pas me laisser focaliser uniquement sur ces parcours PMA. <br /> <br /> As-tu fait un billan de réceptivité utérine? <br /> Ton mari Test de fragmentation ADN du sperme? <br /> Ne perds pas courage, un jour notre tour viendra. <br /> Je t'embrasse très fort
Répondre
F
mes premiers mots à ta lecture<br /> ignoble, insupportable, inhumain.... mon dieu... que d'épreuves ... que d'espoirs anéantis.<br /> mes mots seront si peu , un tel parcours dépasse le supportable et pourtant, pourtant... tu supportes, tu te relèves, tentes encore, espère toujours.<br /> je suis bien placée pour comprendre mais là... comment te dire, cette dernière épreuve me semble tellement ignoble.<br /> j'ai bien lu les avis du doc suite à cette nouvelle fc. le ttt possible sur 6 mois<br /> quand au stérilet, je comprends bien pourquoi ton corps la rejeté, <br /> je te sens dure avec toi meme, dans le titre de ton psot "la nature donne, mon corps rejette"<br /> tu n'es pas responsable, ton corps non plus, il travalile, il travaille dur, il essaie tant bien que mal mais il n'y arrive pas.<br /> c'est injuste et ignoble mais tu n'es pas responsable.<br /> tu fais tout ce que tu peux, tu essaies, tu prends conseils, tu prends les ttt proposés.<br /> je te voudrais en paix avec toi meme, avec ton coprs.<br /> ton allié fait ce qu'il peut<br /> cet allié c'est toi<br /> je pense très fort à toi<br /> j'espère que ce nouveau poste adoucit cette immense peine.<br /> prends soin de toi<br /> bises émues
Répondre
F
Comme c'est dur ce que tu vis. Quel courage tu as de relever la tête sans cesser de te battre. Je suis contente pour ta vie professionnelle, ça doit te faire du bien cette réussite. J'espère qu'avec tes beaux enfants cela va mieux.
Répondre
S
Tellement triste pour toi que le sort s'acharne ainsi. Que dire?!<br /> J'espère que tu es entouré et que tu vas surmonter tout ça.<br /> J'espère que tu vas retrouver dans ton nouveau travail et auprès de ton mari et de ta famille de quoi t'accrocher. Et que la roue va tourner. <br /> Je te souhaite beaucoup de courage
Répondre
A
Merci pour ton réconfort... je suis si triste et j'ai beaucoup de mal à accepter ce nouvel échec. Je me pose encore plus de questions sur le fait de vivre sans enfant. Mais j'ai encore un long chemin à parcourir....
F
Angediles, je venais prendre de tes nouvelles et suis vraiment peinée de voir que la vie continue de te maltraiter et d'être encore et toujours injuste avec toi. Je te souhaite d'être entourée et de trouver près de ton mari assez de douceur et d'amour pour surmonter cette nouvelle épreuve. J'espère tellement qu'un jour vous aurez le bonheur de voir grandir un ou plusieurs enfants près de vous, même si ceux-ci doivent être adoptés. Milles bises de réconfort. Fairlie (maman de Joaquin, si tu te souviens de moi).
Répondre
F
oui ton combat dure depuis trop longtemps et ma foi tu fais preuve d'un courage énorme et admirable. je ne peux qu'imaginer ta douleur face à l'éventualité de ne plus avoir d'enfant biologique. dans tous les cas quoi qu'il advienne tu auras tout tenté, été forte comme peu de personnes peuvent prétendre l'être et pour cela Léo doit être très fier de sa maman. la vie prend parfois des chemins si injustes et difficiles...je veux croire qu'elle mettra de nouveau du bonheur sur ta route. Est-ce que vous pensez à l'adoption ou pas? (c'est peut-être encore trop tôt...). de mon côté la vie a été par chance plus douce et je meure ma chance d'avoir aujourd'hui près de moi 2 petits frères pour Joaquin. Le bonheur est fragile, je l'entretiens de mon mieux. Ne perds pas courage, prends bien soin de toi.
A
Coucou Fairlie, oui je me souviens très bien de toi et je suis ravie que tu viennes prendre de mes nouvelles, même si elles ne sont pas très bonnes. Tu peux constater que mon combat perpetuel dure depuis pas mal de temps maintenant... je ne sais pas encore où je vais, si je dois continuer ou pas... je sais qu'un jour il faudra accepter l'inacceptable...<br /> Et toi que deviens-tu?
B
OMG... C'est avec une infinie tristesse pour toi, pour vous que j'écris ce petit mot. C'est terrible... Un nouvel espoir arraché ainsi, que dire... L'injustice est totale. Je ne sais que te dire d'intelligent. Il n'y a rien à dire. T’envoyer des tonnes de baisers pour un tant soi peu atténué cette souffrance que tu affrontes chaque jour. Je t'embrasse
Répondre
A
merci bounty pour ton soutien. C'est ce que je disais plus bas à Marredattendre, je ne sais pas si c'est l'injustice, la malchance ou tout simplement c'est mon corps qui ne suit pas. Finalement on peut dire aussi que la nature est bien faite et que mon corps rejette une grossesse qui pourrait me tuer?<br /> La grossesse à déjà failli coûter ma vie... Je ne sais que penser... mais j'ai mal...<br /> Merci encore d'être là
M
Oh non, j'ai le coeur très lourd devant mon ordi. J'ai tellement pensé à toi, me demandant si tu avais fait cette FIV 4 et où tu en étais. Je suis très triste. Je n'ai pas de mots. Ce qui t'arrive est juste impossible. Je pleure. :( J'espère que tu vas trouver un peu de réconfort à ton nouveau poste. De grosses bises.
Répondre
M
On dirait que ton utérus en a trop vu et qu'il se protège, te protège, d'une certaine façon. Mais c'est d'autant plus difficile à accepter que vos gamètes se marient normalement pour former de petits embryons… Je partage ta peine et tes interrogations. <br /> Tout va bien de mon côté, même si j'aurais aimé lire de meilleures nouvelles par chez toi...
A
Merci M., tu vois la vie est une roulette de casino, tu tournes la roue et y'a des fois où ça tombe mal. L'injustice, la malchance, la poisse ? je ne sais pas... je sais juste que mon corps n'accepte pas. Mon utérus a subi trop d'intervention, mon corps ne fonctionne pas si bine que ça...<br /> JE pense souvent à toi aussi, comment vas tu? Le petit doit bien grandir !<br /> Gros bisous
M
Ma chère Angediles, je suis triste de lire que tu as dû vivre une nouvelle FC. J'en ai vécu une seule, très précoce et elle m'a mise à terre alors je n'ose imaginer ton désespoir...8 grossesses, mais om trouves tu la force? Mais comme tu le dis aussi, la pause avait permis que tu retrouves ton mari, tu as obtenu un nouveau poste, alors même si l'essentiel n'est pas là, il faut t'accrocher à cela. Je me demande toujours quand a-t-on la force de cesser de se torturer avec ces traitements, quand arrive - t-on à accepter l'inacceptable. Aujourd'hui, il faut te chouchouter, laisser ton corps récupérer et ensuite tu pourras décider quoi faire. Mais il faut penser aussi à ta vie, ta santé. Mon homme me dit souvent qu'il préfère me garder moi et ne pas avoir d'enfant que de me perdre. Je pense fort à toi et espère ne pas avoir été blessante. De gros bisous
Répondre
A
Merci pour ton réconfort; Tu sais mon mari me dit la même chose. Mon corps est meurtri, et il préfère me voir en bonne santé que tout le temps fatiguée. Je ne sais pas où je puise cette énergie. Moi-même je suis surprise. Après la 2ème FC je me disais que je ne pouvait pas revivre ça, que je préfèrais même mourir que de vivre encore cette épreuve.. et pourtant... je suis là... j'enchaine les échecs et j'encaisse. Quand est-ce que je me dirai "cette fois-ci c'est fini"... je ne sais pas... <br /> Ne t'inquiètes pas tu n'es pas blessante, je sais qu'un jour ou l'autre il faudra accepter l'inacceptable... et j'y travaillle psychologiquement.
L
Que dire? Tout ce qui t'arrive est si difficile... On ne saura jamais pourquoi le sort s'acharne. Il faut que tu prennes soin de toi, accroche toi. Douces pensées de reconfort.
Répondre
A
Merci pour ton soutien, j'essaie de m'accrocher aux petits bonheurs quotidiens... bisous